Home » Analyses et productions » Uber à l’assaut de la RATP?

Uber à l’assaut de la RATP?

Fin août, à San Francisco, Uber intégrait une nouvelle option à son application, appelée “Smart Routes”. S’il l’active, le passager n’est  ni pris en charge là où il se trouve ni déposé exactement à sa destination finale. Il doit se rendre par ses propres moyens quelque part le long du trajet prédéfini emprunté par le véhicule Uber. Il descend ensuite du véhicule à un point donné de ce trajet fixe.

L’Intérêt pour le client est d’économiser sur le prix de la course – d’autant que l’option Smart Routes est intégrée à l’offre UberPool, déjà la moins chère d’Uber (celle qui permet aux passagers de partager le véhicule avec d’autres passagers qui se rendent dans la même direction). L’intérêt pour le chauffeur est d’économiser du temps et du carburant. Seul le temps dira si le business model est rentable.

Capture

Capture d’écran de l’appli Uber à San Francisco réalisée par le site TechCrunch

Marcher jusqu’à l’endroit où doit passer un véhicule qui vous prendra en charge avec d’autres passagers inconnus et vous dépose à un autre point prédéterminé sur son trajet, cela ne vous rappelle rien? Effectivement, il semblerait bien qu’Uber s’apprête à concurrencer les bus…

 Et en France ?

L’option “Smart Routes” -disponible uniquement à San Francisco pour l’instant- a-t-elle vocation à être déployée en France? A priori, non. Uber n’a en effet jamais communiqué à ce sujet et a toujours présenté son offre comme “complémentaire à celle des transports en commun”.

Reste qu’Uber France n’a jamais désactivé l’option “UberPool”, alors même que cette dernière était disponible uniquement à partir du service “UberPop” qui, lui, a été désactivé début juillet. Ainsi, les passagers d’UberX (l’offre de VTC d’Uber) peuvent partager leurs véhicules avec d’autres passagers.

En outre, Uber propose aux chauffeurs qui le souhaitent d’adopter un autre statut que celui de VTC: celui de “capacitaire de transport de personnes”. Issu de la Loi d’Orientation des Transports Intérieurs (d’où le surnom “LOTI” donné aux chauffeurs en question) et décrit dans la partie du Code des transports dédiée aux “Transports publics collectifs“, ce statut concerne uniquement le transport de groupes (c’est-à-dire “au moins deux personnes” selon le décret d’application). Une nouvelle brèche dans la distinction stricte entre taxis et VTC voulue par la loi Thévenoud ? L’Observatoire vous proposera bientôt un article plus détaillé à ce sujet.

Publié le 24 septembre 2015

FacebookTwitterGoogle+TumblrPartager

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>