Home » Analyses et productions » Uber et les 20 000 emplois

Uber et les 20000 emplois

Sur son blog, Uber a récemment annoncé d’excellents résultats. La startup californienne vient de lever  1.2 milliards de dollars auprès de nombreux investisseurs, ce qui la valorise à plus de 17 milliards de dollars. En quatre ans, le leader des VTC s’est implanté dans plus de 128 villes et 37 pays à travers le monde et sert des millions d’usagers. Un succès foudroyant et indéniable.

Uber annonce même créer 20 000 emplois par mois depuis ses débuts. Si l’on fait le calcul, cela représente près de 1 million de nouveaux postes au long des quatre années d’existence du groupe. Un chiffre qui pourrait faire rêver certains à la recherche de la recette anti-chômage.

Le chiffre surprend, d’autant plus qu’aucune indication ne vient étayer cette théorie. Il y a certes 500-550 employés à temps plein dans Uber monde, et Travis Kalanick annonçait à la fin 2013 vouloir embaucher 1000 personnes d’ici à la fin 2014, 2000 au maximum : http://www.inc.com/christine-lagorio/how-uber-hires.html. Mais on reste loin du compte.

La majorité des emplois provient, bien entendu, des chauffeurs Uber implantés partout dans le monde. Ils sont nombreux, augmentent encore et vont probablement continuer. La facilité à devenir chauffeur pour le compte de la plate-forme – il suffit d’une voiture et de remplir un formulaire, pas besoin d’un bac + 5, d’un diplôme particulier ou d’acheter sa licence à un prix astronomique- ou encore la perspective d’arrondir confortablement ses fins de mois pourraient expliquer ce succès.

Mais la nature de ces emplois n’est pas réellement connue. Nous évoquions dans l’une de nos dernières études, que nombre de chauffeurs de VTC avait par exemple en France le statut d’auto-entrepreneur, régime qui ne représente pas de créations d’emplois a stricto sensu.

Par ailleurs, énormément  de chauffeurs vont être employés pour des événements bien particuliers. En France encore, on peut penser à Roland Garros, le festival de Cannes, la semaine du luxe… Mais rien ne garantit la durabilité de cette mission au-delà de la période prescrite. L’article d’Uber ne donne pas non plus d’indications sur ceux qui vont devenir chauffeurs de VTC en complément d’une autre activité professionnelle.

Enfin, les derniers conflits en Europe qui ont propulsé VTC et Taxis sur le devant de la scène médiatique ont permis de révéler plusieurs éléments : les taxis sont prêts à tout faire pour lutter contre la pieuvre Uber. L’appel à manifester du 11 juin mentionnait d’ailleurs directement le groupe dans son titre.

D’autre part, de nouveaux acteurs apparaissent chez les VTC et entendent bien renverser le géant californien : Lyft, Hailo…  Le conflit entre Lyft et Uber fait d’ailleurs régulièrement la une des quotidiens américains.

Oui, des emplois sont crées, mais le géant californien s’isole de plus en plus. Tant qu’il remportera l’adhésion du consommateur, la belle aventure d’Uber continuera. Pour combien de temps ?

FacebookTwitterGoogle+TumblrPartager

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>